Tout d’abord, pour bien choisir sa solution domotique, il convient de bien déterminer vos besoins : gestion du chauffage, gestion de l’éclairage, gestion des appareils, gestion de l’arrosage, gestion de la sécurité, suivi de consommation d’énergie, assistance à des personnes dépendantes, etc… Il s’agit d’établir votre cahier des charges, pour bien définir vos besoins.

Certaines solutions sont en effet plus spécialisées dans certains domaines. Si on prend par exemple la solution de Pluzzy de Toshiba, celle ci est plutôt centrée sur la gestion de l’énergie et du chauffage. D’autres sont plutôt axées sur la sécurité, comme par exemple MyFox (maintenant passée sous la marque Somfy Protect). D’autres cumulent toutes les fonctions, mais moins poussées que des box spécialisées. Etc…

Pluzzy est une solution plutôt axée énergie et chauffage

Ensuite, une fois les solutions trouvées, le choix de sa solution domotique se fera selon moi sur deux critères que je trouve particulièrement importants.

Choisir le protocole domotique

Tout d’abord, pour bien choisir sa solution domotique, il faut bien choisir le protocole utilisé. Le protocole domotique est le moyen de communication utilisé entre les périphériques et la centrale, ou box domotique. Même si nous privilégions ici les périphériques sans fil, plus simples à installer, tous ne parlent pas le même langage. Z-wave, Zigbee, RTS, ARW, EnOcean, etc… tous ces protocoles sont des langages différents, qui ne savent pas ou peu communiquer ensemble. Certains de ces protocoles sont dits « propriétaires », c’est à dire qu’en général ils sont issus d’un seul fabricant. Ce cas est un double problème : d’une part vous n’aurez que le choix des périphériques que veut bien proposer le fabricant; d’autre part, si le fabricant vient à disparaître, vous ne pourrez plus acheter de nouveaux périphériques pour compléter votre système. De plus, en général le fabricant propose dans ce cas sa propre box domotique, qui est la seule à pouvoir communiquer avec ses périphériques. Certains appellent ça un système sécurisé, j’appelle cela un système fermé.

A contrario un protocole ouvert dispose de nombreux fabricants différents, dont les périphériques sont tous compatibles entre eux, et qui peuvent être utilisés par plusieurs modèles de box domotiques. Le Z-wave, le Zigbee, l’EnOcean en sont les principaux exemples. Pour toutes ces technologies, il existe de nombreux fabricants, et de nombreux produits : si l’un d’entre eux ferme, vous ne retrouverez peut être pas exactement le même périphérique que celui que vous aviez, mais vous trouverez un équivalent qui fera le même travail. Ensuite, qui dit protocole ouvert dit compatibilité avec plusieurs types de box domotiques. Ainsi, il sera possible de choisir une box qui convient le mieux à vos besoins.

Le Z-wave est l'un des protocole domotique radio les plus utilisés, choisi par exemple par Orange

Le Z-wave est l’un des protocole domotique radio les plus utilisés, choisi par exemple par Orange

Certaines box ont même la possibilité d’utiliser plusieurs protocoles différents, parfois de base, parfois en ajoutant simplement une clé Usb ou une carte optionnelle, comme par exemple Jeedom, eedomus, ou encore MyFox, qui peuvent alors supporter des périphériques Z-wave, EnOcean, Chacon, Bluetooth, etc…

Pour bien choisir sa solution domotique, il est donc nécessaire de bien se renseigner sur les protocoles supportés.

Choisir sa box domotique

Pour bien choisir sa solution domotique, le second point important à mon avis est l’autonomie de la box. Aujourd’hui, pour faciliter la vie de l’utilisateur, mais également le garder un peu dans leurs filets, il faut bien l’avouer,  beaucoup de sociétés proposent des solutions qui reposent sur le « cloud », c’est à dire des serveurs extérieurs, appartenant à la société en question. Cela permet de livrer une box domotique peu couteuse, car peu puissante,  tout le travail étant de toute façon exécuté sur les serveurs de la société : la box en question n’est alors qu’une simple passerelle entre les périphériques domotiques et la société / le fabricant.

Outre la question de la sécurité des données, puisque vous laissez tout de même toutes les données relatives à votre maison sur internet, quelque part, se pose la question de la pérennité de la société. En cas de coupure internet, de panne de serveurs, ou carrément de la disparition de la sociétévotre box domotique devient une boite vide qui n’a plus aucune utilité. Relativisons tout de même, beaucoup de box domotiques continuent de fonctionner en cas de coupure internet. La box eedomus permet par exemple d’avoir une interface web de secours, locale, mais allégée. Mais en cas de disparition de la société, il ne faut pas se faire d’illusion, la box devient inutile. Dans le monde des objets connectés nous avons malheureusement connu cela à plusieurs reprises avec notamment le lapin intelligent Nabaztag puis Karotz : deux fois la société a coulé, et les utilisateurs se sont retrouvés avec un presse papier à 200€:/ Pour être tout à fait sincère, les solutions domotiques, et surtout les box, se multiplient de plus en plus : toutes ne survivront pas, faute de revenus suffisants. D’ailleurs, quand on s’intéresse à certaines, les pertes sèches depuis quelques années laissent dubitatif sur le devenir de la société.

La box eedomus, bien que reposant sur le cloud, continue de fonctionner même en cas de coupure internet, et possède même une interface de secours.

La box eedomus, bien que reposant sur le cloud, continue de fonctionner même en cas de coupure internet, et possède même une interface de secours.

Tout ceci pour dire que choisir une box reposant sur le cloud est un choix risqué à bien des niveaux. Une installation domotique dans une maison n’est pas là pour 1 an, mais devrait au moins tenir 10 à 20 ans, car elle devient une partie intégrante de la maison. Il est impossible de dire aujourd’hui si telle ou telle société sera encore là, et donc si elle assurera le service. Cela est d’autant plus vrai si la solution en question utilise un protocole propriétaire : dans ce cas, si la société ferme, votre box domotique devient inopérante, mais l’ensemble de votre installation également. Là vous aurez perdu de l’argent.

La box HC2 de Fibaro, haut de gamme à 599€, mais totalement autonome

La box HC2 de Fibaro, haut de gamme à 599€, mais totalement autonome

Le problème est à relativiser dans le cas d’un protocole ouvert. Prenons par exemple la box domotique eedomus, qui est sans doute l’une des meilleures solutions, reposant certes sur le cloud, mais s’appuyant sur le protocole Z-Wave. Ce n’est certes pas à souhaiter, mais si la société Connected Object, à l’origine de cette box, venait à disparaître, que se passerait il ? La box deviendrait inutilisable, car elle s’appuie sur les serveurs de la société. En revanche, les périphériques Z-Wave, donc un protocole ouvert, pourraient tout à fait fonctionner avec une autre box. Dans ce cas il suffirait donc de remplacer la box domotique, la perte ne serait que de deux cent euros environ (le prix de la box).

Jeedom SMart, une box multiprotocole par excellence, et totalement autonome de surcroit

Quant aux protocoles propriétaires, certains ont eu la bonne idée de s’ouvrir pour être utilisables sur de nombreuses solutions domotiques. Même si le protocole est fermé et qu’il n’y a qu’un seul fabricant, de nombreuses box domotiques savent dialoguer avec ces périphériques. C’est par exemple le cas des produits Chacon, réputés pour le prix très abordable.

Pour résumer, je dirai que pour bien choisir sa solution domotique, il faut choisir son système domotique en priorité dans cet ordre, le dernier choix étant à mon avis à éviter absolument:

  • protocole domotique ouvert + box autonome
  • protocole domotique ouvert + box reposant sur le cloud
  • protocole domotique propriétaire ouvert à différentes box + box autonome
  • protocole domotique propriétaire ouvert à différentes box + box reposant sur le cloud
  • protocole domotique propriétaire et fermé + box propriétaire autonome
  • protocole domotique propriétaire et fermé + box propriétaire reposant sur le cloud

Pour plus de détails sur une solution domotique en particulier, je vous invite à visiter la section sur les box domotiques: chaque fois, la box a été testée en conditions, minimum un mois, afin de la tester complètement: facilité d’utilisation, fiabilité, interface adaptée, etc…

Où acheter sa solution domotique ?

Le Z-Wave, dans ce domaine, est l’un des protocoles les plus utilisés. De nombreuses box domotiques l’utilisent, et de grands acteurs l’ont même choisi, comme par exemple Orange pour sa solution Homelive, ou encore Somfy. On trouve ainsi de nombreux périphériques compatibles, et les points de distribution, encore exclusivement sur internet il y a quelques mois, commencent à prendre forme physique. Ainsi certains périphériques sont disponibles en boutique Orange.